Accueil > Liste des ateliers > Atelier SEO

Atelier de travail sur les bonnes pratiques SEO

Règles à respecter:

Voici les règles que ces bonnes pratiques doivent respecter :

  • Elles doivent être vérifiables par un utilisateur extérieur au site (ce qui valide leur valeur ajoutée directe pour les utilisateurs)
  • Elles doivent être valables sur le plan international pour tous les sites
  • Elles doivent être réalistes (il est possible de les mettre en oeuvre)
  • Elles doivent représenter une valeur ajoutée pour tout ou partie des utilisateurs de sites et éventuellement pour les administrateurs de sites
  • Elles doivent faire consensus.

L'objectif est de formuler des critères qui respectent ces règles. Si les contributeurs ne trouvent pas une formulation qui fait consensus, la bonne pratique peut sans problème être écartée en attendant une autre version.

Numérotation et niveaux

Les numérotations proposées le sont à titre indicatif. Les choix définitifs de numérotation seront effectués à la fin du processus d'appel à commentaires et de rédaction des fiches. Les choix de niveaux seront eux aussi fixés en fin de parcours.

Le planning

La liste de bonnes pratiques fait actuellement l'objet d'un appel à commentaires restreint auprès d'un nombre limité de contributeurs, soit volontaires, soit mobilisés par les responsables du projet. L'appel à commentaire public sera lancé dans quelques mois, une fois une liste initiale de bonnes pratiques agréée entre tous les contributeurs. Les commentaires seront alors ouverts pour une durée de 1 mois. Etant donné l'ampleur du projet, cette durée pourra être augmentée et la date de fermeture de l'appel à commentaire public repoussée. Pendant cette phase d'appel à commentaires publics, une équipe restreinte de contributeurs devra rédiger les fiches associées à chaque bonne pratique. Nous devrons également tagguer les bonnes pratiques, enfin bref, il y aura « un peu » de travail.

Licence

Les bonnes pratiques sont publiées sous licence Creative commons BY-SA. Si vous ne souhaitez pas que votre nom figure sur d'éventuels supports édités ultérieurement, merci de nous le signaler.

Modération

Chaque bonne pratique demande beaucoup de travail de formulation, et il arrive souvent que des arbitrages soient nécessaires. Lorsque les arguments des commentateurs sont pertinents et argumentés et qu'ils fournissent des solutions d'amélioration ou de reformulation pertinentes, ils sont pris en compte. dans le cas contraire, ils sont simplement conservés, mais ne donnent pas forcément lieu à des modifications.

Il arrive également que des arbitrages soient nécessaires. Dans ce cas, ces arbitrages finaux sont effectués par les membres du comité de rédaction.

Les sujets abordés sont quelquefois brulants, et il est très facile de déraper vers des attaques personnelles ou des échanges exagérément virils. Nous sommes également concernés, vous avez le droit de nous rappeler à l'ordre, et en ce qui nous concerne, nous nous réservons les droits de fermer la possibilité de commenter à toute personne et de supprimer tout commentaire que nous jugerions inadéquat.

Rassurez-vous, nous n'allons pas supprimer vos commentaires si nous ne sommes pas d'accord avec vous, mais nous avons un besoin vital de contributeurs qui respectent un certain nombre de règles et qui comprennent le projet en profondeur. Défendez vos idées et n'hésitez pas à remettre tout en question mais faites-le en respectant les autres et leurs points de vue.

Guide du contributeur

Il est indispensable de respecter quelques règles afin que le projet avance dans la bonne direction. Les voici :

Les bonnes pratiques proposées doivent être vérifiables

Chaque bonne pratique doit pouvoir être vérifié par une personne externe au site. Cela permet par exemple à un responsable de site de vérifier l'état d'avancement du référencement de son site ou à un prestataire d'utiliser les bonnes pratiques dans le cadre d'un audit.

Exemple vérifiable : Le nom de domaine ne comporte pas de tiret.

Exemple non vérifiable : Le nom de domaine comporte des mots-clefs pertinents.

Dans le second cas, il est impossible de valider la « pertinence des mots-clefs » sans connaître préalablement ce que sont ces mots-clefs.

Les bonnes pratiques doivent être évaluables

A chaque bonne pratique, un évaluateur doit pouvoir répondre « oui, c'est valide » ou « non, ce n'est pas valide ». De ce fait, les bonnes pratiques doivent avoir un objectif et des critères de validité uniques.

Exemple valide : Le titre des pages comporte moins de 30 caractères

Exemple non valide : Le titre des pages et la balise méta description comportent moins de 60 caractères.

Dans le second cas, que se passe-t-il si le titre fait 50 caractères alors que la balise méta description en fait 150 ? Il est nécessaire dans ce cas de scinder la bonne pratique en deux.

Les bonnes pratiques doivent être claires

Tout responsable de site, tout utilisateur d'Internet devrait être capable de comprendre les bonnes pratiques et de les appliquer sur un site. Chaque bonne pratique doit donc être aussi simple que possible et formulée aussi clairement que possible.

Exemple clair : Chaque page du site comporte un lien vers la page d'accueil

Exemple non clair : Le nom du site est en haut à gauche de chaque page

Dans le second cas, le terme « en haut à gauche » est trop imprécis : est-ce la première ligne de texte ou juste dans le premier quart ? Est-ce au niveau de l'affichage ou du code source ?

Les bonnes pratiques doivent être internationales

Les bonnes pratiques ont une portée universelle et en tant que telles ne peuvent pas dépendre de règles culturelles ou contraintes nationales.

Exemple international : Toutes les images doivent comporter un attribut ALT.

Exemple non international : Les pages doivent utiliser le jeu de caractères ISO 8859-1

Dans le second cas, cela implique que la bonne pratique ne sera pas valide si le contenu des pages est écrit dans une langue non latine.

Les bonnes pratiques doivent être pérennes

Chaque bonne pratique doit rester valide pendant plusieurs années et en théorie devrait être applicable si elle avait existé il y a plusieurs années de cela. De fait, chaque bonne pratique ne peut dépendre de technologies récentes ou d'approches que l'on peut qualifier « d'astuce du jour ».

Exemple pérenne : Chaque page doit utiliser du code valide selon un standard W3C

Exemple non pérenne : Chaque page doit utiliser du code valide HTML 3.2

Dans le second cas, la bonne pratique ne sera plus applicable dans quelques années quand les navigateurs ne supporteront plus le standard HTML 3.2

Les bonnes pratiques doivent être consensuelles

Le but n'est pas de créer une liste avec le maximum de bonnes pratiques, mais de créer un socle sur lequel les personnes intéressées par le référencement peuvent développer leur propre approche. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de mettre de côté toutes les recommandations qui sont sujettes à débat sur le fond même

Exemple consensuel : Les redirections doivent être de type 301

Exemple non consensuel : Les URL doivent comporter des underscores plutôt que des tirets

Dans le second cas, malgré de nombreux tests, il n'a jamais été prouvé que les underscores étaient préférables aux tirets.

Les bonnes pratiques doivent être réalistes

Les bonnes pratiques vont parfois servir à la mise en application de solutions sur un site. En ce sens, il est indispensable qu'elles soient réalisables.

Exemple réaliste : Chaque page comporte moins de 10 liens externes

Exemple irréaliste : Le site comporte au minimum 250 000 pages.

Dans le second cas, la contrainte imposée n'est pas exécutable par la plupart des responsables de sites.

Les bonnes pratiques doivent être indépendantes

Chaque bonne pratique doit pouvoir aider au référencement global d'un site, et non pas uniquement sur un moteur ou un annuaire en particulier. Les outils de recherche changent et évoluent sans cesse et optimiser un site pour un outil en particulier serait une erreur au long terme.

Exemple indépendant : Le site ne contient pas de contenu dupliqué

Exemple dépendant : Le site doit être inscrit dans Google Webmaster Tools

Dans le second cas, la recommandation est spécifique à Google et n'est pas applicable à d'autres outils de recherche. Et que se passera-t-il si l'outil n'est plus proposé par Google dans le futur ?

Les bonnes pratiques doivent être utiles

Ecrire des bonnes pratiques est relativement simple mais il ne faut pas perdre de but l'objectif initial qui est d'aider au référencement du site.

Exemple utile : Le site ne contient pas de page en construction

Exemple inutile : La charte graphique est cohérente sur l'ensemble du site.

Dans le second exemple, même s'il s'agit bien d'une bonne pratique qualité, elle ne concerne pas le référencement et n'a donc rien à faire dans la liste.